Archives pour l'étiquette Florent Montillot

La fédération de parents FCPE soutient l’école Mermoz d’Orléans

Déclaration de la fédération de parents FCPE 45 au CDEN, Conseil Départemental de l’Education Nationale, du 13 novembre 2014

FCPE-45La FCPE du Loiret, en lien avec RESF, soutient le collectif de parents d’élèves de l’école Mermoz (liste indépendante) dans leur conflit contre l’adjoint au maire d’Orléans pour avoir, finalement, apporté leur aide à deux familles sans abri dont les enfants scolarisés dans la même école ont dormi dehors à Orléans 2 jours sur 3 au mois de septembre 2014. Nous soutenons l’action des parents élus de l’école Mermoz :

  • Parce que tous les enfants doivent pouvoir accéder à l’éducation, dans des conditions de vie dignes et protectrices, comme le prévoit la Convention Internationale des Droits de l’Enfant.
  • Parce que ces deux familles ont déposé une demande d’asile et que même si leur pays d’origine est considéré comme un pays « sûr », elles n’en sont pas moins privées de tout moyen d’existence en France et devraient être hébergées, comme le prévoit la loi française (l’hébergement étant un droit inconditionnel) et non condamnées, comme beaucoup d’autres personnes, à la rue par manque de places.
  • Parce que la solidarité est une valeur de la République qui ne peut être niée surtout lorsqu’elle se vit au sein de l’Ecole (lieu d’engagement des parents et lieu d’apprentissage de nos enfants), qu’elle est spontanée et qu’elle se pratique au niveau familial à propos de droits vitaux comme l’hébergement et la nourriture.

Il me semble que ce soutien de la fédération de parents FCPE montre que le problème n’est pas uniquement celui de l’école J. Mermoz d’Orléans mais doit attirer l’attention de tous et de chacun, dans toutes les établissements du département.

Un camarade de classe de votre enfant dort peut-être à la rue

Vos enfants, vous les aimez, vous les chérissez, vous voulez qu’ils aient toutes leurs chances dans la vie, que le monde dans lequel ils vivront soit un monde de justice, un mode de paix, un monde de fraternité.

Mais voilà, le monde que vos parents vous ont cédé est un monde individualiste, un monde où les inégalités se creusent, un monde où certains pays en ont exploité d’autres, où l’on se fait la guerre, un monde où certains sont bien au chaud tandis que d’autres ont froid, un monde où chacun jette 21% de ce qu’il achète, alors que 14% de ses voisins sont sous le seuil de la pauvreté.

C’est la règle, on vous l’a dit : pour que vous, vous ayez chaud, il faut un monde et une société inégalitaire. Pour que, vous ayez un boulot, il vous faut prendre celui des autres.

Je ne vais pas vous la faire à la Coluche mais, franchement est-ce que cela vous empêche de dormir ?…

Alors, vous regardez votre môme, vous avez peur que lui, pour la famille que peut-être il formera. Seront-ils protégés ? Leur société pourra-t-elle être encore plus injuste que la votre ?

Vous vous demandez quel monde vous leur laisserez. Quel est votre rôle et votre responsabilité dans la situation qui sera la votre ?

Lundi, votre enfant ira à l’école. A côté de lui, peut-être dans sa classe, un enfant n’aura pas mangé le matin parce que sa famille n’a pas assez d’argent. Peut-être qu’il a dormi dans la rue parce que ses parents n’ont pas payé les factures, ou que fuyant une guerre, ils sont venus se réfugier en France.

Qu’allez-vous expliquer à votre enfant ? Que c’est comme ça ? Qu’il lui suffit de faire comme s’il ne le voyait pas ? Qu’il aura quand-même son jeu vidéo à noël ? Que tout ça est tout à fait normal ?

Jeudi dernier, le comité de soutien aux parents de l’école Mermoz s’est réuni, aux Blossières. On nous a décrit des « situations », comme on dit. Des histoires de gens qui ont fui leur pays, parcouru toute l’Europe pour s’échouer ici, à Orléans… des histoires assez incroyables.

Sur le côté, un gamin traduisait ce qui se passait à ses parents : oui, dans son monde à lui, ce sont parfois les enfants qui expliquent ce qui se passe aux parents parce que les parents ne comprennent pas la langue.

Et puis, le gamin a pris la parole devant la centaine d’adultes qui étaient là. Il a dit, très simplement, « Pendant un an, on a dormi dans une voiture. Maintenant, c’est un peu mieux, on a trouvé une caravane ».

Voilà. A l’école, à côté de votre môme, votre môme chéri, il y a un autre môme… cet autre môme, avant, il dormait dans une voiture, mais maintenant, il dort dans une caravane. Un autre dort dans un parking, ou dans un hall d’immeuble.

Le Maire et son adjoint à l’école vous met en garde : si, vous, parent, vous protestez, on peut sanctionner votre enfant. On retirera les moyens de son école pour les donner à une autre.

Vous y croyez vous ? Vous croyez qu’une seule personne à Orléans peut admettre sans rien dire, que des enfants dorment à la rue ?

L’indifférence, c’est cela que vous voulez apprendre à votre enfant ?

Il y a 40 ans, des citoyens se sont levés pour dire « non » aux bidonvilles de Nanterre, de Clichy sous bois, de Saint-Denis… Au bout d’un moment, il a bien fallu que les politiques trouvent des solutions !

Aujourd’hui, alors que qu’il y a 6 000 logements vacants, des familles dorment à la rue, à Orléans. Peut-être ne le saviez vous pas. Maintenant, vous le savez.

Y en a-t-il dans l’école de vos enfants ?

Qu’allons-nous faire ? Nous montrer indifférents comme nous le suggèrent certains, ou être solidaires de ces familles ?

Pétition en soutien à l’école Jean Mermoz d’Orléans

Suite à la forte émotion suscité par l’affaire de l’école Jean Mermoz d’Orléans, une pétition a été créée.

Elle recueille plus de 1000 signatures. Vous aussi, apportez votre soutien aux familles de l’école. Signez la pétition !

Pétition mermozLe 16 octobre dernier le collectif de parents élus de l’école Jean Mermoz située à Orléans, a mobilisé les habitants du quartier des Blossières afin de faire connaître la situation de deux familles dont les enfants sont scolarisés à l’école et qui dorment régulièrement dans la rue, faute de place dans les centres d’hébergement. A la suite de cela, il a été décidé en réaction à une situation d’urgence d’organiser une action d’occupation de l’école, pour permettre aux enfants et à leurs parents épuisés de rester à l’abri pour la nuit. Cette occupation a pris fin au bout de 4 heures quand le Préfet

a rapidement accordé un hébergement pour ces deux familles.

En représailles, l’adjoint au Maire d’Orléans, chargé de l’éducation, a décidé de punir l’école Jean Mermoz, en privant les enfants des phases de test de nouveaux outils pédagogiques. Il se réserve le droit de porter plainte contre ces parents qui pendant un mois, par leur solidarité et leurs actions bénévoles ont pallié la défaillance des pouvoirs publics, en prenant en charge deux familles à la rue, parce que le droit à l’hébergement d’urgence n’est pas respecté sur le territoire orléanais !

Cet adjoint au Maire d’Orléans a tenu des propos calomnieux à l’égard des parents élus. Comment peut il comparer ces parents élus à des « preneurs d’otages » dans le cadre d’une action citoyenne pacifique ? Comment peut-il les qualifier d’ « antirépublicains » alors qu’en tant qu’élus de cette école, pour certains depuis quelques années, ils n’ont cherché qu’à agir dans l’intérêt des enfants ?

Que vous soyez parents d’élèves, voisins, amis, citoyens….

En signant cette pétition vous soutenez :

  • L’action entreprise par les parents d’avoir occupé symboliquement l’école pour attirer l’attention des pouvoirs publics sur la situation des élèves sans abris.
  • Vous demandez à l’ensemble des pouvoirs publics et plus spécifiquement à l’Etat et à son représentant, le préfet, de faire respecter la loi pour que plus aucun enfant ne dorme dehors, à Orléans en 2014.

En signant cette pétition, vous exigez :

  • Que le Maire d’Orléans intervienne auprès de son adjoint à l’éducation, afin que celui ci présente des excuses aux parents qu’il n’a cessé de calomnier par voie de presse.
  • Que soit levée « la punition » contre les élèves décidé par Monsieur l’Adjoint. Les élèves n’ayant pas à être les victimes de sombres représailles politiciennes.

Signer-la-petition

Ecole Mermoz : Orléans a encore trouvé un moyen de se faire remarquer par les médias nationaux

L’affaire de l’école Mermoz d’Orléans a été relayée par les médias nationaux :

Friand de médias, Florent Montillot doit être aux anges  !

(ici, lors d’une vraie prise d’otage, à l’AgglO)

L’image d’Orléans dans les médias s’aggrave à chaque coup politique de la mairie,… et sur les médias sociaux, comment dire…

Réactions cahiers pédagogiques E Mermoz